Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.

Nos villes regorgent d'arbres, de plantes, de champignons comestibles mais aussi de poubelles dont les aliments jetés, sont tout à fait comestibles. Réduire le gaspillage et la pollution générée par les déchets, inciter à manger local, à partager et à limiter ses dépenses relèvent du bon sens ; mais notre société d'hyperconsommation a tendance à nous le faire oublier.

 

Le Freeganisme, Être Freegan ; C'est quoi ?

 

Être freegan c'est faire le choix stratégique d'un mode de vie alternatif qui limite la participation dans l'économie conventionnelle et qui limite au maximum sa consommation de matières premières. Chez les freegans ; générosité, souci social, liberté, solidarité et partage sont des valeurs quotidiennes ! En gros, devenir freegan c'est être en opposition totale avec une société basée sur le matérialisme, l'apathie morale, la concurrence, la conformité et l'avarice.

 

Après avoir essayé de boycotter pendant des années les produits de firmes responsables de violations des droits de l'homme ; de destruction de l'environnement ; de maltraitance sur les animaux, beaucoup d'entre nous on réalisé que quoi que nous achetions nous nous retrouvions à supporter un système déplorable. Réalisant ainsi, que le problème ne réside pas dans quelques entreprises seulement mais bien dans le système en lui-même.

 

Le freeganisme est le boycott total d’un système économique dans lequel le souci de rentabilité a totalement balayé toute considération éthique ; et dans lequel les systèmes de production fort complexes font que tous les produits que nous achetons ont des conséquences dévastatrices ; conséquences, que nous sommes souvent fort loin de soupçonner. Donc, plutôt que d’éviter d’acheter des produits de certaines firmes qui nous amènent à en faire profiter une autre, évitons tout simplement autant que nous pouvons : d’acheter.

 

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.

 

Freegan est la contraction des mots ‘free’ et ‘vegan’. Les vegans sont ceux qui refusent l'exploitation et la maltraitance des animaux et qui évitent donc la consommation de produits d’origine animale ou bien testé sur les animaux.

 

Les freegans "vont plus loin" en réalisant que dans une économie de production de masse dirigée par le profit ; les abus sur les hommes, les animaux et la planète ont lieu à tous les niveaux de productions (de l’acquisition des matières premières en passant par la production et le transport) et ceci est valable pour chaque produit que nous achetons. Un vegan est souvent freegan et inversement ... J'insiste sur le "souvent", en effet, ce n'est pas obligatoire ;-)

 

Les ateliers clandestins (sweatshop), la destruction de forêt tropicale, le réchauffement de la planète, le déplacement des communautés indigènes, la pollution de l’air et de l’eau, l’extermination de la faune considérée “parasite”, le renversement des gouvernements populairement élus pour maintenir des dictateurs "hommes de paille" qui soutiennent les grands intérêts commerciaux, les open-pit mining, le forage du pétrole dans des régions à environnement sensible, le démantèlement des syndicats, l’esclavage des enfants, et les dessous de table aux régimes répressifs ; sont quelque unes des conséquences des produits apparemment inoffensifs que nous consommons chaque jour.

 

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.

 

La récupération des "déchets"

 

Nous vivons dans un système économique où les vendeurs évaluent la Terre et les produits qu'elle génère à leur capacité de produire du bénéfice. Les consommateurs sont constamment bombardés de publicités leur disant de jeter pour mieux remplacer les marchandises qu’ils ont déjà ... Cette pratique est typique de nos sociétés riches qui consiste à produire une quantité de "déchets" si énorme que beaucoup de gens pourraient être alimentés et soutenus simplement sur ces détritus.

 

Le record absolu étant détenu par les USA. Le constat qui suit est à l'origine d'une initiative magnifique de la part de Rob Greenfield qui a décidé de lutter contre le gaspillage alimentaire en parcourant les USA de part en part, soit 7400 kilomètres ! Tout en collectant les aliments jetés dans les containers à ordure pour soit les consommer, soit les redistribuer.

 

Récupérer les "déchets" permet d'éviter d’être nous-même des consommateurs inutiles. Afin de défier politiquement l’injustice qui permet à certains de gaspiller des ressources essentielles au détriment de la majorité qui elle, succombe et fait face au manque de nourriture, de l'habillement, d'un logement décent ...

 

Ces "déchets" pourtant consommables mais jugés non viables à destination des remblais et autres incinérateurs, qui sont bien souvent d'une façon disproportionnée, situés dans les quartiers pauvres et non-blancs, où cancers et asthme sont retrouvés à un taux élevé ...

 

Nourriture récupérée par Rob Greenfield en seulement deux jours à Madison / Wisconsin.

Nourriture récupérée par Rob Greenfield en seulement deux jours à Madison / Wisconsin.

 

La stratégie freegan la plus connue est celle qui s’appelle généralement « forager urbain » ou la « plongée de décharge ». Cette technique implique de fouiller les ordures des commerçants, des résidences, des bureaux, et d’autres établissements pour y trouver des marchandises utiles.

 

En dépit des stérotypes de notre société au sujet des ordures, les marchandises récupérées par les freegans sont sûres, utilisables, nettoyées, et en état parfait ou presque parfait. Le symptôme d’une culture jetable qui nous encourage à remplacer constamment nos marchandises plus anciennes avec des plus récentes est largement critiqué.

 

Chacun participe à sa manière, certains foragent seuls, d’autres rejoignent des groupes déjà existant, voir des collectifs associatifs. Les découvertes et récoltes sont toujours partagées, soit autour d'un repas cuisiné collectivement avec les membres du groupe soit en étant redistribuées dans des endroits publics.

 

En récupérant les "déchets", nous pouvons trouver de la nourriture mais aussi des boissons, des livres, des produits du quotidien, des journaux, du matériel hi-fi, de la vaisselle, des appareils électroménagers, des instruments musicaux, des vêtements, des meubles, de l’électronique, des produits de soins et alimentation pour les animaux, des jeux & jouets ... 

 

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.

 

Un bon nombre d’articles trouvés peuvent également être partagés avec d’autres personnes sur des sites Web comme "Freecycle" (clic) qui encouragent le recyclage. Des événements appelés « Freemeets » ont également lieu. Ces événements sont apparentés aux marchés aux puces et les articles en vente sont à prix libre, le but étant la minimisation des déchets en préférant réutiliser plutôt que d'acheter du neuf !


Fort de ce constat, le Freegan Pony,(clic) qui a ouvert le 21 mars 2014 à Paris, a pour objectif de cuisiner des plats à partir de fruits et légumes « jugés non comestibles par les grandes surfaces alimentaires » qui ont donc été jetés à la poubelle. Ils récupèrent ainsi, à la fin du marché de Rungis, les produits de nombreux étalages. Et rien n'est à craindre concernant la fraîcheur, les plats sont cuisinés le jour même ! Le prix du repas est fixé à 5 € et chacun est libre d'ajouter une participation supplémentaire s'il le souhaite. En plus, chacun peut repartir gratuitement avec des fruits et légumes.

 

Le groupe lyonnais "Les Gars'pilleurs" (clic) est un mouvement libre et ouvert, dénonçant les aberrations de l’agroalimentaire en sensibilisant et en distribuant gratuitement sur la voie publique, à tous et toutes, des denrées jetées par les supermarchés, boulangeries, commerces, etc. L’initiative est née à Lyon en février 2013. Force est de constater que notre société jette près de 50% des aliments produits, alors que beaucoup peinent a remplir leurs assiettes …

 

N'hésitez pas à vous renseignez dans votre commune,

Et si un tel groupe n'existe pas, libre à vous de le créer !

 

 

LE TRANSPORT ÉCO-AMICAL

 

Conscient de l'impact écologique que provoque la pollution, les Freegans n'utilisent pas les voitures pour la plupart ; cependant, lorsqu'ils le font, ce sont des méthodes plus respectueuses de l'environnement qui sont utilisées. 


Ainsi, l'utilisation de l'huile végétale récupérée dans les restaurants, remplace le gazoil utilisé habituellement dans les réservoirs des véhicules afin de limiter les pertes et d'être autonome à l'égard des combustibles fossiles.


Sinon, l'auto-stop, le covoiturage, la marche, le vélo ou même le roller remplacent tout simplement la voiture. Finalement, l'auto-stop reste un moyen pertinent dont l'objectif est d'utiliser une place disponible, n'ajoutant aucun surcoût de consommation de carburant.

 

 

LE LOGEMENT EST DÛ !

 

Dans la même lignée, nous pensons que « le logement est un dû, pas un privilège », que la propriété privée est une notion abstraite moins importante que les besoins humains réels. Aujourd'hui, beaucoup de logements sont inoccupés, on dénombre 2,4 millions de logements vacants en France selon BFMTV ; ce qui est inacceptable étant donné les 3,5 millions de mal-logés.


Par soucis de rentabilité, de fiscalité, d'héritage, de difficultés à vendre ou à faire des travaux, tant de raison peuvent être données pour expliquer ces chiffres éloquents. C'est pourquoi les Freegans occupent ces lieux et les remettent en état pour les centres sociaux par exemple, ou pour les réunions des organismes de la communauté.

 

 

LE TRAVAIL, UN SACRIFICE À LA LIBERTÉ ?

 

Dans un concept toujours plus marginal, le travail est considéré comme un sacrifice à la liberté, dictée par un autre individu. Le travail est synonyme d'efforts, d'ennui, de monotonie qui sont des risques au bien-être physique et psychologique. La majorité des freegans veulent « reprendre leur vie en main » en réduisant leurs besoins dans le but de l'améliorer ; pour eux, le mi-temps voir le chômage est donc volontaire.


Finalement, le freeganisme prône un monde moins égoïste, plus vigilant sur nos ressources qui s'épuisent et qui sont utilisées à tout-va, favorisant un esprit communautaire basé sur des valeurs simples repoussant la consommation à outrance.

En effet, la réaction est très forte face à la réalité que beaucoup d'individus ne veulent pas voir ; néanmoins, de nombreuses actions individuelles sont déjà menées par bon nombre de citoyens qui ne sont pas Freegans mais qui ont des valeurs communes permettant de faire bouger les choses à leur niveau.

 

LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.
LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.LE FREEGANISME // DEVENIR FREEGAN.
La société de consommation, c’est le choix, donc la liberté, donc le bonheur ? En réalité, ce sentiment d’être parfaitement maître de nos décisions et de nos vies a un revers angoissant. Et tue l’action collective.

La société de consommation, c’est le choix, donc la liberté, donc le bonheur ? En réalité, ce sentiment d’être parfaitement maître de nos décisions et de nos vies a un revers angoissant. Et tue l’action collective.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Affectueusement Votre 20/04/2017 10:22

Je ne connaissais absolument pas ce mouvement ! Très intéressant, merci à toi !