Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BOYCOTTER LA FOURRURE ANIMALE.

Cet article comporte des images et du contenu choquant, vous êtes libre de visionner ou pas cet article, libre aussi à vous de vouloir élever votre niveau de conscience ...

Cet article comporte des images et du contenu choquant, vous êtes libre de visionner ou pas cet article, libre aussi à vous de vouloir élever votre niveau de conscience ...

 

Le but de cet article, est comme pour les autres : 

Vous sensibiliser à la cause du Respect du Vivant.

 

 

Tous les ans, à la même période, l'habit de l’homme préhistorique fait parler de lui ! et pour cause :

ASPHYXIÉ, DÉPECÉ VIVANT, ÉBOUILLANTÉ, ÉLECTROCUTÉ, EMPOISONNÉ, ÉTRANGLÉ, FRAPPÉ A MORT AU SOL, GAZÉ ou PIÉGÉ : voilà comment se terminera la vie de l’animal dont la peau finira en article de mode, de décoration ou encore en peluche pour enfants (et non ce n'est pas une blague !)

Renards, visons, lapins, chinchillas, ratons laveurs, chiens viverin, mais aussi chats et chiens : nombreux sont les animaux qui périssent pour l’industrie de la fourrure.

 

 

L’ENFER DES ÉLEVAGES

Blessures, exiguïté, stress, angoisse, absence de protection contre les intempéries, automutilation, cannibalisme, ulcère, … une vie de misère et de détresse physique et psychologique attend les animaux emprisonnés à vie dans ces cages grillagées pour éviter que la fourrure ne soit souillée par les excréments.

Les animaux malades ne sont pas ou peu soignés, (ben oui pourquoi faire hey !) puisqu’ils seront tués vers l’âge de 8 mois, au moment de leur premier pelage d’hiver. Leur nourriture est composée de sous-produits de viande et de poisson et aussi de carcasses d’animaux précédemment tués dans l’élevage (en fait tu manges ta propre famille, cool !) Les animaux seront abattus le plus souvent gazés, électrocutés par l’anus, empoisonnés, frappés au sol ou dépecés vivants.

 

 

LA TECHNIQUE BARBARE DU "MULESING"

50 millions d’animaux meurent chaque année dans le monde uniquement pour leur fourrure. Selon une croyance chinoise, plus la souffrance est importante, plus la fourrure sera belle… Et c’est ainsi que ce commerce sordide se retrouve habilement étiqueté sous d’autres appellations ; « lapin », « dogue de Chine »…

Mais qu’importe l’espèce puisque tout est mis en œuvre pour donner l’illusion que derrière un produit, il n’y a pas d’animaux. Et ça marche. Fourrure colorée, tricotée, on n’y voit plus souvent un tissus qu’un pelage. On ne sait pas ou on préfère oublier que dans notre petit pull doudou en angora, il y a ces lapins aux pattes ligotées, le poil arraché à vif.

Dans nos bottes fourrées australiennes, si laides mais so fashion, se cachent des animaux Frankenstein, génétiquement modifiés pour produire toujours plus de laine, auxquels les éleveurs font subir la technique barbare du « mulesing » : il s’agit de découper la peau de l’arrière-train des moutons et des agneaux, sans la moindre anesthésie, pour éviter les parasites.

 

 

LA CRUAUTÉ DU PIÉGEAGE

Désormais moins répandu, le piégeage est tout aussi cruel. Pièges subaquatiques, suspendus, conibear, collets, à mâchoires, …tout un arsenal de tortures est à disposition des trappeurs.

Environ un quart des animaux pris dans les pièges à mâchoires s’auto-mutilent et rongent leur membre afin d’essayer de s’échapper. Parmi ceux qui réussiront à se libérer, la plupart mourront d’hémorragie ou d’infection suite à la blessure infligée.

Les autres mourront de faim, de soif, de panique et d’épuisement, prisonniers dans le piège ou attaqués par un autre animal si le trappeur tarde à arriver.

En outre, on estime à environ 20 millions le nombre d’animaux piégés accidentellement chaque année.

 

 

LE SCANDALE DES ANIMAUX FAMILIERS

Malgré la nouvelle volonté européenne de supprimer l’importation et la vente de fourrure de chiens et de chats, le trafic perdure en raison de sa rentabilité. Les peaux sont introduites sous de faux noms et proviennent essentiellement d’Asie.

Les animaux sont élevés, transportés et tués de façon ignoble. Les chiens sont souvent frappés à mort, étranglés avec du fil de fer ou simplement assommés puis dépecés vivants.

Quant aux chats, ils sont pendus ou noyés à l’aide d’un tuyau d’arrosage enfoncé dans la gorge ou plongés dans une bassine avec un fil de fer autour du cou.

Attention les images qui vont suivre peuvent être choquantes, pas besoin de regarder un film d'horreur pour se faire peur, la réalité est tout aussi atroce ! Bienvenue dans la vrai vie :

 

C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...
C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...

C'était la visite guidée d’un abattoir de lapins destinés à finir sur des cols de veste et dans les assiettes ...

 

 

Alexander Wang en utilise ; Ralph Lauren non. Saks Fifth Avenue en vend ; Selfridges non. Le Vogue américain en montre sur ses pages, le Vogue britannique non : le monde de la mode est partagé sur la question de la fourrure animale. Aujourd’hui, cette industrie pèse plus de 40 milliards de dollars (plus de 35 milliards d’euros) et emploie plus d’un million de personnes dans le monde. C’est ce que révèle la première étude qui prend en compte les ventes au détail, la production et les fermes d’élevage d’animaux à fourrure, commandée par la Fédération internationale du commerce de la fourrure (IFTF) et publiée en 2014 par PricewaterhouseCoopers (PwC), Italie.

 

D’après la IFTF, les ventes mondiales de fourrure ont plus que doublé ces dernières années, passant de 15,6 milliards de dollars en 2011 (près de 14 milliards d’euros) à 35,8 milliards de dollars (près de 32 milliards d’euros) en 2013. Le principal facteur de cette augmentation est la demande croissante en provenance de la Chine, qui a permis de compenser les effets de la crise économique mondiale et l’impact des campagnes très médiatisées des militants anti-fourrure auprès des consommateurs.

 

 

Autre facteur important : l’arrivée de la fourrure dans le prêt-à-porter masculin. Fendi (connu pour ses fourrures et ses cuirs extravagants), qui avait arrêté le prêt-à-porter masculin en 2009, l’a réintroduit dans sa collection Automne/Hiver 2012-2013 et a même ouvert l’an dernier sa première boutique homme à Paris. La fourrure a aussi fait son apparition dans les défilés Automne-Hiver 2015 de marques telles que Hood by Air, ou Burberry Prorsum. Selon le Fur Information Council of America, les fourrures utilisées dans la mode masculine ont "vu leurs ventes augmenter sensiblement" et représentent aujourd’hui presque 5 % des écoulements totaux de fourrure dans le monde.

 

 

Ces dernières années, la fourrure est à la mode dans des pays au climat plus doux et où l’industrie de luxe prospère. En parallèle, les technologies l’associant à d’autres textiles (par exemple la laine feutrée ou la soie) ont permis de créer de nouvelles matières plus légères et la technique de découpe laser a également augmenté le recours aux bordures en fourrure. Selon Mark Oaten, PDG de la Fédération internationale du commerce de la fourrure, 400 magasins en vendent désormais à Dubaï, une ville où les températures estivales avoisinent les 41 °C.

 

 

BOYCOTTER LA FOURRURE ANIMALE.

L’élevage d’animaux à fourrure est illégal en Autriche, en Croatie, en Angleterre et au Pays de Galles. Aux Pays-bas, la production de peaux de renard et de chinchilla est interdite, alors que celle de vison est autorisée. En 2012, le parlement néerlandais a interdit la production de vison mais cette mesure a été invalidée en 2014. En effet, la cour de justice de la Haye a estimé que cette interdiction aurait un impact financier grave pour les éleveurs et que la loi ne prévoyait aucune compensation à leur égard.

 

« L’industrie de la fourrure n’a aucune éthique, aucun système de réglementation et ne rend de comptes à personne, estime Mimi Bekhechi, directrice de la fondation PETA (People for the Ethical Treatment of Animals). Les animaux sont tués dans des conditions atroces : souvent par électrocution anale ou vaginale, par asphyxie ou empoisonnement. Dans la nature, les animaux sont capturés dans des pièges qui leur brisent les pattes. Ils peuvent souffrir pendant des jours, et mourir petit à petit de faim, de soif, se vider de leur sang ou être dévorés. »

 

 

Des groupes de protection des animaux en Norvège, au Danemark et en Finlande ont filmé des cages confinées où des animaux avec des plaies béantes (« qu’ils se sont souvent infligés à eux-mêmes parce qu’ils deviennent fous », selon Joh Vinding, le directeur des campagnes d’Anima, une organisation danoise de protection des animaux), boiteux ou en décomposition sont laissés dans les même cages que les bêtes encore vivantes. Des images tournées par la Protection Animale Suisse, une organisation de défense des animaux, ont également montré des chiens en train d’être écorchés vifs dans une ferme de fourrure chinoise.

 

 

BOYCOTTER LA FOURRURE ANIMALE.

 

Selon l’IFTF, la fourrure était présente l’année dernière dans plus de 70 % des défilés à la Fashion Week new-yorkaise et dans 60 % des défilés de la Fashion Week londonienne. Pourtant, plusieurs grandes marques ont adopté une mode sans-fourrure.

 

En 1994, Calvin Klein a arrêté sa production de fourrure suite à l’action de militants ayant recouvert ses bureaux de graffiti et à sa rencontre avec des membres de la PETA, qui lui ont montré des images de massacres d’animaux. Dès lors, le styliste américain affirme que « la fourrure ne correspond simplement plus à la philosophie de notre entreprise ».

 

 

 

LE REFUS DES GRANDES MARQUES

De son côté, Ralph Lauren a stoppé l’utilisation de fourrure en 2006, suivi par Tommy Hilfiger en 2007, également après avoir subi des pressions de la PETA. Le groupe H&M, Inditex (auquel Zara appartient), American Apparel, Topshop et Zalando ont tous adhéré au programme sans fourrure de la Fur Free Alliance. Net-a-Porter, Selfridges et Liberty refusent également d’en vendre.

 

OUVREZ LES YEUX ! Adoptez une Mode sans fourrures !

 

Je vous invite par ailleurs à prendre connaissance des différentes pétitions publiées sur le site de la PETA ici-même ! (clic !)

Messieurs, vous êtes VOUS aussi concernés ! la fourrure que vous arborez fièrement sur vos capuches et/ou bonnets ridicules ne vous rend pas viriles mais bien débiles ! Et la débilité et bien ce n'est pas sexy !  ;)
Messieurs, vous êtes VOUS aussi concernés ! la fourrure que vous arborez fièrement sur vos capuches et/ou bonnets ridicules ne vous rend pas viriles mais bien débiles ! Et la débilité et bien ce n'est pas sexy !  ;)
Messieurs, vous êtes VOUS aussi concernés ! la fourrure que vous arborez fièrement sur vos capuches et/ou bonnets ridicules ne vous rend pas viriles mais bien débiles ! Et la débilité et bien ce n'est pas sexy !  ;)

Messieurs, vous êtes VOUS aussi concernés ! la fourrure que vous arborez fièrement sur vos capuches et/ou bonnets ridicules ne vous rend pas viriles mais bien débiles ! Et la débilité et bien ce n'est pas sexy ! ;)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article